Une découverte: le membrillo

Je ne suis pas très dessert, mais je rechigne pas lorsque l’on m’en offre. Ce que je préfère, c’est découvrir de nouveaux desserts. Comme je n’aime pas le sucre, je ne m’accroche pas à un dessert en particulier. Par contre j’aime voyager à travers la découverte culinaire. Et c’est une trouvaille récente que je partage avec vous ce jour : le membrillo. Je ne connaissais pas. C’est espagnol, et c’est très bon. On me l’a offert via un site internet qui se spécialise dans les cadeaux originaux, et cela fut une très bonne surprise culinaire. Le membrillo espagnol, d’un merveilleux rose ambre, est tout simplement l’équivalent de notre pâte de coings (membrillo signifie << coing >>). Le coing est trop dur et âpre pour être mange cru, mais une fois cuit avec du sucre, sa chair désormais tendre se pare d’un magnifique orange et sa saveur rappelle un mélange de pommes et de poires. Les coings sont riches en pectine, une substance gui aide les fruits à se gélifier et les rend particulièrement propres a la conservation en bocal. La marmelade était d’ailleurs au depart une pâte de coings et non la confiture d’oranges que l’on associe plus souvent aujourd’hui a ce mot. En Espagne, on sert le membrillo avec des tranches de fromage manchego, à base de lait de brebis. Le contraste entre la douceur du coing et la légère aigreur du fromage est extraordinaire. La réputation de cette pâte de coings s’étendant dans le monde entier, on la propose de plus en plus en accompagnement d’autres fromages à pâte dure. Elle se marie aussi très bien aux aliments riches et gras tels que l’agneau ou le canard et se fond divinement dans les sauces et glaçages. Bref, c’est délicieux. On m’a offert ce dessert via le site – offrir un cadeau – qui porte bien son nom. J’ai trouvé cela très original.

This entry was posted in Terroir and tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.